retour au projets

Tehran-Shemran "The Cold Slope"

Tehran : Shemran, “the cold slope”

Depuis 1979 date de la révolution Islamique, la plus grande avenue de Téhéran se nomme Vali-ye Asr, ce qui signifie "Maître du temps". Un nom adéquat, au-delà de sa connotation religieuse, car depuis 1870, la progression de cet axe routier du sud vers les nord a dicté le calendrier du développement de la capitale de l’Iran. Au point qu’en un siècle, l'urbanisation a atteint et intégré les villages de Vanak et Shemiran au pied des montagnes Alborz. C’est dans ce quartier aéré que, peu à peu, les grandes familles téhéranaises, entre autre les "Bazari", à la recherche d’un environnement meilleur sont venues s'établir.
Cette banlieue huppée est le lieu idéal pour une observation des forces en jeu dans la société iranienne, pas tant celles de la modernité occidentale ni du pouvoir iranien rétrograde mais plutôt celles, intrinsèques, du développement d’une mégapole du 21e siècle avec son incomparable capacité d’adaptation.

Un exemple parmi d’autres : suspectes au regard du rigorisme religieux, nombre de piscines -jadis lieux de rencontres- sont aujourd’hui abandonnées. Cependant, la création depuis une trentaine d’années de nombreux nouveaux parcs pour des raisons de salubrité publique a ouvert un espace de mixité entre garçons et filles.
En fait, plus généralement, la création de lieux publics nécessaires au développement de toute ville a indéniablement favorisé l'émergence d'une classe moyenne aux normes laïques et individualistes, son l'entrée en scène se révèle dans le changement rapport de force des élections récentes. Avec un nouvel acteur de la vie sociale en Iran : le citoyen urbain.


Savvas Lazaridis. Tehran-Shemran "The Cold Slope" 2006-2008

lire plus

Tehran Shemran "The cold slope"